PARSAT Joseph

Né le 16 octobre 1848 à Barjac (Ariège, Gard ou Lozère ?) ; ouvrier chapelier.

En 1871, il était capitaine fédéré et commandait le dépôt de remonte à Montrouge. Un instant, il avait été soupçonné, par des fédérés, d’intelligences avec Versailles. Condamné par contumace, le 17 octobre 1872, par le 10e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée, il obtint la remise de sa peine en 1879. Il s’était fixé à Anderlecht (Belgique), où son arrivée fut oficiellement enregistrée à la date du 13 octobre 1872. Il décéda dans cette même ville le 3 novembre 1876.

Marié, il était père d’un enfant.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article67578, notice PARSAT Joseph, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 9 août 2013.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/863. — Arch. Min. Guerre, 10e conseil (n° 601). — Arch. PPo., listes de contumaces. — Arch. Gén. Roy. Belgique, dossier de Sûreté n° 256577 (en 1880). — F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Les Communards en exil. État de la proscription communaliste à Bruxelles et dans les faubourgs, Bruxelles, 1971. — Notes de M. Cordillot.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément