PAGET-LUPICIN Léopold [et non PAGET-LUCIPIN]

Né vers 1820 à Champagnole (Jura) ; opposant au Second Empire ; communard.

Après le 2 décembre 1851, Léopold Paget-Lupicin lança un petit journal d’enseignement, l’Éducateur populaire, qui connut un gros succès et lui valut la prison, une amende et la suspension du journal ; proudhonien, auteur d’une petite brochure intitulée Les Droits du Travailleur, il se disait étudiant en médecine et expliquait que ses études avaient été interrompues par juin 1848 et décembre 1851 ; il était officier de santé, et, en 1865-1866, se trouvait en exil, en Suisse. Il appartenait à la loge maçonnique « La Fraternité des Peuples » — Voir Thirifocq E.

Paget-Lupicin participa à la Commune de Paris. Le 19 mars 1871, il était au ministère de l’Instruction publique ; le 5 avril, il fut nommé par Frankel et Malon membre de la Commission d’initiative chargée d’assister la Commission du Travail et de l’Échange. Le 28 avril, il se présenta à l’Hôtel-Dieu avec une nomination de directeur signée par Treillard (et non Treilhard). Il aurait arrêté des employés rétifs à la Commune, perquisitionné chez son prédécesseur le 30 avril, fait retirer des Christs le 8 mai ; il aurait obligé, le 21 mai, des religieuses à arborer une ceinture rouge, et refusé de prêter une pompe pour éteindre l’incendie de Notre-Dame ; toutefois un interne dit sa modération, et les religieuses-infirmières, à l’entrée des troupes, lui offrirent un refuge ; le mercredi de la Semaine sanglante, il pêchait à la ligne.
Arrêté quelques mois plus tard, à Champagnole, son pays natal, accusé de complicité dans l’incendie de Notre-Dame, il fut condamné, le 6 septembre 1871, par la 7e chambre correctionnelle, à un an de prison ; après avoir purgé sa peine, il se réfugia en Suisse (Valais) et mourut en 1874 à Zurich.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article67405, notice PAGET-LUPICIN Léopold [et non PAGET-LUCIPIN], version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 15 septembre 2019.

ŒUVRE : L’Ennemi ! l’ennemi !, brochure, 1861.

SOURCES : Arch. PPo., B a/368. — J.O. Commune, 29 avril 1871. — Gazette des Tribunaux, 28 septembre 1871. — Vuillaume, Mes Cahiers rouges, op. cit. — Notes de Louis Bretonnière et de Julien Chuzeville.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément