NEVEU Pierre

Par Jean Maitron

Né le 3 mars 1822 à Cheffes (Maine-et-Loire) ; communard.

Demeurant à Paris, 16, rue du Faubourg-Saint-Martin (Xe arr.) ; célibataire ; charron. Il avait servi seize ans dans l’infanterie et pendant six ans dans le corps des gardes-chiourme de Toulon, avec grade de sergent ; il reçut un certificat de bonne conduite. Au moment de la guerre de 1870, il était gardien à l’asile d’aliénés de Charenton et s’engagea aussitôt dans une compagnie de marche du 170e bataillon où il fut élu sous-lieutenant ; après le 18 mars, il conserva ce grade. Le 2 avril, il fit la sortie de Rueil ; vers le 12 avril, il passa comme lieutenant dans une compagnie du bataillon des Francs-Tireurs dont le colonel était Lisbonne. À partir de ce moment, il se trouva presque toujours aux avant-postes de Bagneux, Meudon, Issy, Cachan, Asnières, etc. Neveu commandait en l’absence de son capitaine, souvent malade. Blessé le 23 mai à la barricade du Panthéon, Ve arr., et soigné dans une ambulance, il se cacha, à peine pansé. Au début de septembre, il quitta Paris. Arrêté comme vagabond, le 18 juin 1872, à Avallon (Yonne), il fut condamné, le 18 décembre 1871, à la déportation dans une enceinte fortifiée.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article67077, notice NEVEU Pierre par Jean Maitron, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 16 novembre 2017.

Par Jean Maitron

SOURCE :Arch. Nat., BB 24/753, n° 5339.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément