NABIELAK Séverin, Alfred, Louis

Par Pierre Baudrier

Né vers 1847 à Barcelone (Espagne), mort le 1er mars 1881 à Paris ; ingénieur de 2e classe, attaché à l’École militaire sous la Commune.

Au vu de son nom et de sa qualification d’ingénieur, il s’agissait sans doute de Séverin Nabielak, diplômé de la promotion 1870 de l’École Centrale. Né à Barcelone, il avait habité 7 rue Malher à Paris.

Attaché à l’École militaire sous la Commune, il se plaignit le 10 mai de l’absence d’ambulance dans la rue de la Cité et au Palais de Justice où il en avait existé précédemment. Sa signature figure par ailleurs sur le bordereau d’émargement du génie pour la période du 13 au 17 mai. Cela lui valut d’être condamné par contumace.

Sa condamnation fut-elle finalement annulée ? De retour à Paris en 1873, il fut ingénieur attaché à la Compagnie des Chemins de fer d’Orléans à Rouen, à Pacy-sur-Eure (Eure)(1875), ingénieur attaché à la Compagnie des Chemins de fer d’Orléans à Rouen, 143 bd Voltaire à Paris (1876), associé de la maison Malin et Compagnie, chaudronniers, 6 rue Oberkampf à Paris (1877), associé de la maison Malin et Compagnie, chaudronniers (cafetières), 6 rue Oberkampf à Paris (1880), associé de la maison Malin et Compagnie, chaudronniers (cafetières)(1880).

Il mourut à Paris le 1er mars 1881, à l’âge de 34 ans.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article66974, notice NABIELAK Séverin, Alfred, Louis par Pierre Baudrier, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 6 mai 2018.

Par Pierre Baudrier

SOURCES : Arch. PPo., listes de contumaces. —.Annonce du décès d’après le Bulletin de l’Association Amicale des Anciens Élèves de l’École Centrale des Arts et Manufactures, novembre-décembre 1881, p. 5. – Notes de Louis Bretonnière et de Michel Cordillot.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément