MEURISSE Fernand, Henri

Par Louis Botella, Julien Cahon

Né le 26 mars 1921 à Hellemmes (Nord) , mort le 21 novembre 1993 à Ronchin (Nord) ; manœuvre puis aide-distributeur ; militant socialiste SFIO dans la Somme et syndicaliste FO en Seine-Inférieure[Seine-Maritime] ; secrétaire du syndicat FO des cheminots du Tréport (Seine-Inférieure) ; secrétaire général de l’Union locale interprofessionnelle FO du Tréport puis de Lille ; secrétaire régional pour la zone de Lille de la Fédération FO des cheminots.

Fils de Marcel Meurisse, dirigeant du syndicat CGT des cheminots d’Hellemmes pendant l’entre-deux guerres et membre de la section des retraités FO, Fernand Meurisse fut d’abord manœuvre aux ateliers du Matériel d’Hellemmes puis aide-distributeur au dépôt du Tréport.
Le 30 janvier 1948, il fut élu membre du bureau du syndicat FO des cheminots d’Hellemmes. Il prit part au congrès de l’Union Nord en mai 1952 à Amiens. Promu au Tréport, il devint en janvier 1955 secrétaire du syndicat des cheminots de cette commune. Il assuma ce mandat jusqu’en 1959, semble-t-il, et fut alors remplacé par Charles Saint-Germain. Fernand Meurisse fut également secrétaire général de l’Union locale interprofessionnelle FO du Tréport.

Militant Force ouvrière, il déploya son activité syndicale en Seine-Inférieure, mais domicilié dans la commune voisine, Mers-les-Bains (Somme), il militait à la fédération SFIO de la Somme. Secrétaire de la section socialiste de Mers jusqu’en 1954, il siégea ensuite à la commission exécutive fédérale du parti.

Le 1er mars 1962, il succéda à Jules CampelJ, élu secrétaire général de l’Union départementale FO du Nord, au poste de secrétaire régional pour la zone de Lille. Cette zone couvrit alors les secteurs d’Amiens, de Boulogne-sur-Mer, de Lille et de Charleville. Il fut également, par la suite, secrétaire général de l’Union locale de Lille. Il assuma ce mandat pendant de nombreuses années. Ses relations avec Jules Campel, également cheminot et secrétaire général de l’Union départementale du Nord, ne furent pas des plus harmonieuses. Il fut, par la suite, remis à la disposition de la SNCF. Il réintégra les ateliers du Matériel d’Hellemmes.

Il s’était marié le 6 décembre 1941 à Hellemmes avec Marguerite Vercknocke.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article6678, notice MEURISSE Fernand, Henri par Louis Botella, Julien Cahon, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 23 janvier 2013.

Par Louis Botella, Julien Cahon

SOURCES : Arch. Fédération FO des cheminots et syndicat d’Hellemmes. — Le Rail syndicaliste, avril 1952, décembre 1957, avril, juin 1964. — Le Cheminot du Nord, novembre 1956. — Comptes rendus des congrès confédéraux d’octobre 1956, avril 1959, novembre 1963, avril 1966, mars 1969 de la CGT-FO. — Louis Botella, FO chez les cheminots..., op. cit. — Informations transmises en juillet 2003 par Guy Hénichart.— Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément