MÉTAIS Robert, Émile, Ernest

Par Louis Botella

Né le 24 décembre 1922 à Nazelles (Indre-et-Loire), mort le 30 décembre 1992 à Saint-Dyé-sur-Loire (Loir-et-Cher) ; agent de maîtrise puis cadre administratif ; secrétaire général de l’Union nationale des cadres et agents de maîtrise (1969-1973) ; secrétaire de la Fédération FO des cheminots (1969-1978) ; administrateur de la SNCF (1983-1988) ; militant socialiste.

Robert Métais milita d’abord à la CGT à la Caisse de prévoyance de la SNCF où il effectua toute sa carrière professionnelle qu’il termina avec le grade d’inspecteur divisionnaire. Il quitta la CGT en juillet 1947 pour participer aux activités du Comité d’action syndicaliste (CAS), puis participa en mars 1948 au congrès d’unification de Force ouvrière avec la Fédération syndicaliste des cheminots (FSC, ex-CAS).
Robert Métais participa activement, à partir d’octobre 1957, à toutes les conférences de service, à tous les congrès de l’Union nationale des cadres et agents de maîtrise (UNCM) et de la Fédération. Lors du congrès de mars 1964 de l’UNCM, il fut élu secrétaire général adjoint puis, en octobre 1969, secrétaire général en remplacement de Louis Buonaccorsi, celui-ci remplaçant en décembre suivant Robert Degris au poste de secrétaire général de la fédération. En décembre 1969, Robert Métais fut également élu secrétaire fédéral et désigné pour représenter son organisation au sein du conseil d’administration de la Caisse de prévoyance de la SNCF. Il conserva ces mandats jusqu’en juin 1978, année de son départ à la retraite.
Lors de la réunion du bureau fédéral du 16 février 1968, il déclara, étant absent à la réunion précédente du 12 décembre 1967, être opposé au cumul des fonctions de secrétaire général de la fédération et de représentant de cette fédération au conseil d’administration de la SNCF. En mars 1979, il fut élu au bureau de la section nationale des retraités de la fédération et membre du conseil national.
Militant politique au sein de la SFIO, du Parti socialiste autonome (PSA) et du Parti socialiste unifié (PSU), il adhéra par la suite au Parti socialiste. Il fut chargé de mission au cabinet de Pierre Mauroy, Premier ministre, de mai 1981 à avril 1983, puis désigné au conseil d’administration de la SNCF, au titre des personnalités qualifiées, de février 1983 à février 1988. Lors des élections municipales de mars 1989, il fut élu maire de Saint-Dyé-sur-Loire (Loir-et-Cher), commune de 900 habitants. Frappé par une grave maladie, il continua à exercer son mandat avec « une grande dignité et une grande distinction ». Ses obsèques civiles eurent lieu le mardi 5 janvier 1993, en présence d’une foule considérable.
Décoré chevalier de l’Ordre national de la Légion d’honneur et de l’Ordre national du Mérite, il s’était marié en avril 1947 à Roye (Somme) avec Yvonne Prouillet et fut père de plusieurs enfants.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article6649, notice MÉTAIS Robert, Émile, Ernest par Louis Botella, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 8 mai 2012.

Par Louis Botella

SOURCES : Arch. Fédération CGT-FO des cheminots. — Le Rail syndicaliste. — La Nouvelle République du Centre-Ouest (édition de Blois), 2 janvier 1993. — Compte rendu du congrès confédéral FO de 1966.— Notes de Marie-Louise Goergen. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément