MILLIET Jean, Paul, Louis, Émile

Né le 6 mars 1844 au Mans (et non vers 1846) ; mort le 8 janvier 1918 à Paris ; artiste peintre et écrivain ; communard.

Lieutenant, sous la Commune de Paris, à la 1re compagnie du 1er bataillon du génie, et chargé du logement à la caserne Lowendal, il fut condamné par contumace, le 17 septembre 1872, par le 14e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée, et à la dégradation civique. Il fut amnistié en 1879.
Il avait été caché dans le phalanstère La Colonie, fondé et animé par son père à Condé-sur-Vègre, près de Rambouillet. Il réussit à fuir à Rome où il s’installa en mai 1872.

Paul Milliet publia en 1911 dans les Cahiers de la Quinzaine Une famille de républicains fouriéristes. Les Milliet. X. La Commune et le second siège de Paris 1871. Il reprit ces éléments pour en faire un livre en 1915.
Voir Alix Payen.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article66321, notice MILLIET Jean, Paul, Louis, Émile, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 27 septembre 2019.

ŒUVRE : Une famille de républicains fouriéristes : les Milliet, Paris, M. Giard et E. Brière, 2 tomes, 1915-1916.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/823. — Arch. Min. Guerre, 14e conseil (n° 544). — Arch. PPo., listes de contumaces. — Colette Cosnier, notice biographique sur Félix Milliet (le père de Paul Milliet), sur le site charlesfourier.fr. — Matthias Oberli, notice Jean-Paul Milliet sur le site Dictionnaire historique de la Suisse. — Notes de Michèle Audin et de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément