BÉCHON Antoine

Par Georges Rougeron

Né le 5 avril 1894 à Saint-Rémy-sur-Durolle (Puy-de-Dôme), mort le 5 janvier 1979 à Beaune (Côte-d’Or) ; cheminot, ouvrier puis fabricant de coutellerie ; militant communiste puis membre des Croix de Feu du Puy-de-Dôme.

Fils de Jean Béchon, coutelier, et de Céline Genest, sans profession, Antoine Béchon, cheminot révoqué, fut ouvrier à l’Arsenal des Gravanches à Clermont-Ferrand puis fabricant de coutellerie à Thiers. La préfecture l’inscrivit au Carnet B, en 1923. Il contribua à constituer la section communiste de Thiers en 1922-1923. La Fédération du Puy-de-Dôme, le délégua au congrès national en 1922. Accusé de « manœuvres douteuses l’ayant rapproché du parti SFIO », Béchon fut exclu du PC en 1928. Pourtant, un rapport de police de 1932, le cite parmi les membres actifs de la cellule de Thiers.
Nous le retrouvons en 1936, comme porte-parole des Croix de Feu dans la circonscription de Thiers. Candidat de droite aux élections d’avril, il fut battu au premier tour par le député socialiste sortant Laroche. Béchon recueillit 35 % des suffrages exprimés. Il partit quelques mois plus tard, pour Beaune (Côte-d’Or), où pour la somme de 20 000 francs, il a acheta un fond de coutellerie.
Marié le 1er décembre 1924 avec Lucie Geneviève Barnéria, il mourut à Beaune (Côte-d’Or) le 5 janvier 1979.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article660, notice BÉCHON Antoine par Georges Rougeron, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 20 mars 2019.

Par Georges Rougeron

SOURCES : Arch. Nat. F7/13130. — Arch. Dép. Puy-de-Dôme, M 03881 à M 03894 et M 05470. — J.-P. Vaudon, « Le PC dans le Puy-de-Dôme », Le Mouvement Social, janvier-mars 1971. — Archives départementales du Puy-de-Dôme : M 3886. — État civil en ligne cote 6 E 1702, vue 174.

Version imprimable Signaler un complément