MATHIEU Joseph.

Né le 1er avril 1828 à Vieux-Moulin (Vosges) ; demeurant à Paris ; veuf, père d’un enfant ; terrassier. Ancien militaire, il avait été engagé comme remplaçant, pour la durée de la guerre, à la 24e batterie, 4e régiment d’artillerie ; licencié après l’armistice, il ne quitta le fort de Vincennes que le 20 mars quand les fédérés s’en emparèrent. Il prétendit avoir vécu chez sa sœur jusqu’au début de mai ; il entra le 7 à la 3e batterie d’artillerie du IIIe arr. Les renseignements recueillis sur son compte n’étaient pas bons : sympathies pour la Commune, vraisemblablement. Il fut condamné, le 2 mars 1872, par le 4e conseil de guerre, à la déportation simple et à la privation des droits civiques ; autorisé à s’établir sur la Grande-Terre, il fut renvoyé à l’île des Pins le 12 février 1874 pour inconduite. En réalité il est dit de bonne conduite et travailleur, mais « trop disposé à fronder les actes de l’autorité ». Le 25 juin 1877, sa peine fut commuée en sept ans de détention, puis remise le 15 janvier 1879.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article65774, notice MATHIEU Joseph. , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 26 juillet 2009.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/758 et H colonies 91.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément