MACÉ

Fabricant de lits en fer. Seule relation avec la Commune : « ses menées maçonniques », qui lui firent planter sur les remparts la bannière de sa loge, « l’Avenir de l’Humanité ». — Voir E. Thirifocq Il se réfugia en Suisse. Maxime Vuillaume l’a présenté ainsi : « le ventre proéminent, la face rasée et ronde plantée dans un vaste faux-col à la Garnier-Pagès, Macé porte des culottes de coutil qui lui viennent à mi-jambe, si larges qu’elles flottent autour de lui comme un drapeau blanc. Son chapeau panama abriterait toute une famille. Non, Macé n’a pas du tout l’air d’un émeutier ». Voir Eutrope Massé.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article64945, notice MACÉ , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 26 juillet 2009.

SOURCE : M. Vuillaume, Mes Cahiers rouges..., op. cit., p. 409

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément