MATHIEU Georges, Henri, Émile

Par Jean-Marie Conraud

Né le 6 octobre 1921 à Pallegney (Vosges) ; cheminot, conducteur d’autorail ; militant jociste ; secrétaire du secteur CFTC puis CFDT des cheminots d’Épinal (Vosges).

Fils d’Eugène Mathieu, menuisier-charpentier qui travaillait à la BTT (Blanchisserie-Teinturerie-Thaon), et de Marie Kintz, Georges Mathieu termina ses études primaires avec son certificat d’études en 1933. Il se prépara son entrée au petit séminaire en prenant des cours pendant un an auprès du curé de la paroisse de Girmont (Vosges) où ses parents s’étaient installés. Élève en 1935 du petit séminaire de Droiteval (Vosges), il continua ses études à celui d’Autrey (Vosges) en 1936 qu’il quitta pour entrer 2 mars 1938 dans la même entreprise que son père comme apprenti imprimeur sur tissu.

La même année, il adhéra à l’équipe jociste de la paroisse qui était rattachée à l’importante section de Thaon-les-Vosges. Il adhéra également à la CFTC. À partir de 1940, il mit à profit les jours de chômage et la liberté que lui laissait le travail en équipes pour suivre des cours d’ajustage à l’atelier de l’Institution Saint-Joseph d’Épinal (Vosges).

En juillet 1942, sollicité par sa direction pour partir en Allemagne dans le cadre de la « relève » des prisonniers, il quitta l’usine pourun chantier de forestage. Mais, en mai 1943, il n’échappa pas au STO. Travaillant en Allemagne dans une petite entreprise et dans une agglomération peu importante où la surveillance était limitée, il en profita pour organiser du sabotage et des passages de prisonniers évadés. En février 1945 il fut arrêté par la Gestapo et, après un mois en commando à Augsbourg, il fut interné à Dachau, puis libéré le 25 mai 1945.

À son retour à l’usine, comme on ne lui proposait qu’une place de manœuvre, il fit un essai à la SNCF qui l’embaucha comme ajusteur avant de devenir conducteur d’autorail à partir de 1951. Il le resta jusqu’à sa retraite en 1972. Pendant sa période d’activité à la SNCF, Georges Mathieu milita à la CFTC puis à la CFDT. Délégué au comité mixte pendant deux ans et délégué pendant quinze ans au service social, il remplaça Maurice Galmiche en 1967 comme secrétaire du secteur CFDT d’Épinal qui regroupait l’exploitation, la traction et les services de la voie. Il assuma cette responsabilité jusqu’à sa retraite en 1972. Il prit ensuite la responsabilité du syndicat CFDT des cheminots retraités jusqu’en 1981.

Mathieu fut aussi engagé dans les activités de la paroisse et travailla sur l’histoire locale. Il s’était marié le 24 mai 1947 à Girmont (Vosges) avec Rolande Murat, militante de la JOCF. Ils eurent six enfants.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article6485, notice MATHIEU Georges, Henri, Émile par Jean-Marie Conraud, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 3 avril 2012.

Par Jean-Marie Conraud

SOURCES : Renseignements communiqués par l’intéressé. — État civil de Pallegney (2012).

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément