MASSÉ Paul, François, Ernest

Par Didier Bigorgne

Né le 17 septembre 1896 à Villers-Semeuse (Ardennes), mort le 30 janvier 1973 à Charleville-Mézières (Ardennes) ; employé de bureau ; militant socialiste SFIO ; maire de Mohon (Ardennes) de 1953 à 1966, maire adjoint de Charleville-Mézières de 1966 à 1971.

Fils de Louis Massé, employé des chemins de fer, et d’Appoline Marchal, sans profession, Paul Massé entra aux ateliers de Mohon de la Compagnie de l’Est en 1920. Il prit sa retraite de la SNCF en 1953 avec le grade d’employé principal. Veuf de Suzanne Chaillow, il avait épousé, en secondes noces, Léontine Bila le 28 mars 1951 à Mézières.
Paul Massé fut pendant de longues années la cheville ouvrière de l’Association fraternelle des employés et ouvriers des chemins de fer français qui lui décerna sa médaille de bronze en 1934, sa médaille d’argent en 1937 et sa médaille de vermeil en 1947.

Paul Massé avait combattu pendant la Grande Guerre. Il lutta de nouveau contre l’envahisseur allemand lors de la Seconde Guerre mondiale ; il participa à la Résistance dans l’Organisation civile et militaire (OCM).

Paul Massé militait au Parti socialiste SFIO. Le 5 mai 1935, il fut élu conseiller municipal de Mohon sur la liste de son parti. Toutefois, c’est après la Libération que commença véritablement sa carrière politique. En octobre 1944, il fut élu adjoint au maire de Mohon. Aux élections municipales d’avril-mai 1945, il fut réélu au second tour sur une liste d’Union ouvrière composée du PCF et de la SFIO. Les onze élus socialistes rompirent avec les communistes majoritaires ; leur démission provoqua une élection municipale complémentaire le 18 novembre suivant. La liste communiste emporta les vingt-trois sièges, Massé connut une interruption de mandat. Il redevint conseiller municipal de Mohon au scrutin d’octobre 1947 sur une liste d’alliance SFIO-Mouvement républicain populaire (MRP) qui remporta la victoire. Il occupa le poste de premier adjoint jusqu’au 9 mai 1953, date à laquelle il fut élu maire de Mohon. Il fut réélu en 1959 et en 1965. À la fusion des cinq communes (Charleville, Mézières, Mohon, Montcy-Saint-Pierre et Etion) le 1er octobre 1966, il entra au conseil municipal de la nouvelle ville de Charleville-Mézières. Il fut élu troisième adjoint au maire André Lebon et le demeura jusqu’aux élections municipales de mars 1971 auxquelles il ne se représenta pas.

Paul Massé entra au comité fédéral des Ardennes du Parti socialiste SFIO en 1957. Il fut le candidat de son parti à deux reprises aux élections pour le conseil général dans le canton de Mézières. À chaque scrutin, il échoua au premier tour face au communiste Robert Ninitte. En avril 1958, il obtint 2 192 voix sur 18 179 inscrits et 11 510 votants ; le 8 mars 1964, il recueillit 1 570 suffrages sur 19 891 inscrits et 9 879 votants. Il figura, avec Camille Lassaux, sur la liste socialiste SFIO aux élections sénatoriales du 26 avril 1959 : il rassembla 139 voix au premier tour et 196 voix au scrutin de ballottage sur 964 inscrits et 964 votants.

Paul Massé était chevalier de la Légion d’honneur depuis le 14 mai 1959, officier de l’Ordre national du Mérite et chevalier des Palmes académiques. Il était aussi titulaire de la médaille de vermeil du Travail, de la médaille d’honneur de la Jeunesse et des Sports, de la médaille de vermeil départementale et communale.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article6460, notice MASSÉ Paul, François, Ernest par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 2 janvier 2012.

Par Didier Bigorgne

SOURCES : Arch. Dép. Ardennes, 3 M 4, 7, 8 et 9. — Arch. de l’OURS, dossier Ardennes. —Le Réveil Ardennais, 19 avril 1958 et 23 mai 1959. —L’Union, 31 janvier 1973. — Notes de Gilles Morin. — État civil.

Version imprimable Signaler un complément