L’HERMINIER Edmond, Ernest

Né le 26 mars 1850 à Soissons (Aisne) ; célibataire, menuisier. Pendant le 1er Siège, il travailla de son métier, pour l’établissement de baraquements destinés à la garde mobile. Le 10 avril, il entra à la 3e compagnie de marche du 103e bataillon fédéré ; le 10 mai il alla à Malakoff ; le 18 il était à Vanves (en réserve à chaque fois) ; le 21, à Cachan. Il fut fait prisonnier le 25 sur la barricade du boulevard d’Italie. C’était un communeux très exalté, d’après le commissaire de police du XIVe arr. Il fut condamné, le 27 avril 1872, par le 22e conseil de guerre, à la déportation simple ; le 17 juillet 1872, sa peine fut commuée en cinq ans de prison avec privation des droits civiques. À Landerneau (Finistère) il avait suivi le mouvement de résistance en avril 1875. Depuis, il avait une conduite satisfaisante et manifestait du repentir, écrivait le directeur, le 23 juillet 1876 ; le 15 août 1876, il obtint la remise de sa peine.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article64566, notice L'HERMINIER Edmond, Ernest, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 26 juillet 2009.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/748, n° 4428, (au dossier une lettre de L’Herminier à sa tante, 17 octobre 1875).

Version imprimable Signaler un complément