LEVASSEUR Philias, Beaulieu

Né le 2 décembre 1824 à Mouy (Oise) ; trempeur de limes à Cosne-sur-Loire (Nièvre) ; marié, père de quatre enfants. « Tribun de carrefour animé d’un esprit de propagande infatigable », il harangua le peuple à La Charité-sur-Loire, le 10 avril 1871. En relations avec Malardier et Gambon, il prit part aux manifestations des 16 et 17 avril à Cosne et assista à la réunion qui se tint chez Asselineau, le 18 au soir, dans le but de soulever Saint-Amand-en-Puisaye et Neuvy-sur-Loire. Il fut arrêté le 19, et la cour d’assises du Loiret le condamna, le 8 décembre 1871, à dix ans de détention. Il n’avait subi antérieurement aucune condamnation. Remise du reste de sa peine lui fut accordée le 24 janvier 1878.
Levasseur se montra, en prison, « ouvrier laborieux, intelligent » et manifesta « dans sa correspondance et par son attitude des sentiments de famille et un repentir » que le directeur de la prison de Thouars pensait être « parfaitement sincères » (rapport du 26 juin 1876). L’ex-maire de Cosne, conseiller général, manufacturier (directeur de la fabrique de limes) attestait d’ailleurs, en mars 1875, comme il l’avait fait devant la cour d’assises, que Levasseur l’avait protégé lors de la manifestation du 18 avril 1871, qu’en outre, il avait employé Levasseur comme contremaître pendant dix ans et qu’il s’était toujours loué de ses services.
En 1876, la femme de Levasseur était employée comme sous-maîtresse, 15, rue Clairaut, Paris (XVIIe arr.), dans une institution placée sous le patronage d’un pasteur. Trois de ses enfants étaient mariés, elle avait encore avec elle une fillette de douze ans. Voir A. Rigollet

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article64502, notice LEVASSEUR Philias, Beaulieu, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 26 juillet 2009.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/780. — Gazette des Tribunaux, 10 décembre 1871.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément