MARCET François

Par Marie-Louise Goergen, Gilles Morin

Né le 21 mars 1895 à Chambéry (Savoie), mort le 27 octobre 1970 à Chambéry ; employé puis cheminot ; militant socialiste SFIO et résistant ; secrétaire de la fédération SFIO (1945-1946), puis PSA (1959) ; maire de Chambéry (1945-1947) ; conseiller général de Chambéry-Sud (1945-1949).

Fils d’un boulanger et d’une couturière chef confiseur dans sa ville natale, représentant, puis employé SNCF, François Marcet adhéra au Parti socialiste SFIO en 1921. Il fut nommé le 10 mai 1931 trésorier de la Fédération, lors du congrès de Saint-Jean-de-Maurienne. On lui adjoignit Pintrand, commis des douanes. Ils occupèrent leur fonction jusqu’au 18 novembre 1934.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il fut résistant et désigné comme chef départemental de propagande et de diffusion du mouvement Libération, avec les pseudonymes, Jean-Jacques et Germaine. Puis il fut chef départemental des affaires politiques des Mouvements unis de la Résistance, adjoint au chef départemental et au chef de région, pratiquement le chef effectif de ce mouvement dans la Savoie selon un rapport du préfet de septembre 1945. Il fit partie du Comité départemental de Libération de la Savoie et de son Comité restreint (au titre du MLN).

Marcet fut secrétaire fédéral socialiste SFIO de novembre 1944 à la l’automne 1946. Élu maire de Chambéry de mai 1945 à 1947, il fut également conseiller général de Chambéry-Sud, de 1945 à 1949. Il ne se représenta plus en 1949. Il fut candidat aux législatives d’octobre 1945, puis au Conseil de la République en 1946.

La réalisation d’une liste commune avec le Parti communiste et avec Pierre Cot pour les élections du 10 novembre 1946 permit l’élection du communiste Mudry et de Pierre Cot, mais Marcet (qui se présentait alors comme « gérant de coopérative ») ne fut pas élu. Enfin, il fut candidat au Conseil de la République en 1946, soutenu par le PC et Pierre Cot, ce qui entraîna une enquête de la commission nationale des conflits de la SFIO (CNC) et la dissolution de la fédération qu’il dirigeait jusqu’alors. François Marcet fit profession de loyauté au parti en mars 1947 (lettre à Dechézelles du 27 mars 1947).

Marcet adhéra au Parti socialiste SFIO autonome en 1958, et devint responsable fédéral du PSA en 1959.

Marié en avril 1920 à Grenoble (Isère) avec Célestine Poncet, il se remaria le 15 juin 1940 à Barberaz (Savoie) avec Marie Poncet.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article6314, notice MARCET François par Marie-Louise Goergen, Gilles Morin, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 20 février 2012.

Par Marie-Louise Goergen, Gilles Morin

SOURCES : Arch. Nat. F/1a/3240 et 3372, F/1cII/113/A, 270, F/1cIV/154. — Arch. Jury d’honneur, dossier Sibué.— Arch. FNSP, 3 MA 28. — Le Socialiste savoyard, 15 mai 1931, 24 novembre 1934. — DBMOF, tome 35, p. 275. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément