LAGRANGE Louis

Né le 4 septembre 1851 à Sisteron (Basses-Alpes) ; célibataire ; employé de commerce ; employé aux relations extérieures sous la Commune ; émissaire dans la Nièvre.
Il travaillait, avant 1870, dans la mercerie ; simple garde national au 200e bataillon durant le 1er Siège, il fut employé par la Commune à l’Hôtel de Ville, service des Relations extérieures. Le 13 mai, il sollicita une mission de Gambon : aller proclamer la Commune à Clamecy (Nièvre). Pascal Grousset signa son laissez-passer et il partit le 13 mai avec Clément Courot. Il arriva le 15 mai à Clamecy où il resta dix jours, attendant de l’argent ; il en reçut finalement de sa famille, et gagna Saint-Étienne (Loire), où il fut arrêté parmi les siens ; on le dit alors sous-lieutenant. Son rôle était assez obscur ; il dit avoir trouvé ce moyen de quitter la capitale sans payer ses dettes, et son action semble de portée plutôt mince. Il fut condamné, le 9 juillet 1872, par le 3e conseil de guerre, à la déportation simple : par contumace, car il s’était évadé de l’Orangerie de Versailles. Sa peine lui fut remise le 17 mai 1879. Voir Joseph Bernard, Alexandre.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article63015, notice LAGRANGE Louis , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 26 juillet 2009.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/830, 856 B, BB 27, et C 2882 (Nièvre). — Arch. Min. Guerre, 3e conseil. — Arch. PPo., listes de contumaces. — Gazette des Tribunaux, 8-9 juillet 1872.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément