LAFAY Jean

Né dans l’arrondissement de Villefranche (Rhône) le 26 décembre 1842 ; tisseur à Saint-Victor-sur-Rhins (Loire) ; adhérent de l’AIT.

Sans doute appartint-il à l’Internationale avant la Commune. Fin 1872, il était en relations avec Dupin, de Saint-Étienne (Loire), qui s’efforçait de reconstituer une section de l’Internationale dans cette ville. Lafay fit de même à Saint-Victor-sur-Rhins. Arrêté fin 1873, il comparut devant le tribunal correctionnel de Lyon et fut condamné, le 25 avril 1874, à un an de prison, 50 F d’amende et cinq ans de privation des droits civiques (affaire dite du Complot de Lyon).
Réfugié à Genève, il y vécut en « ouvrier laborieux et bon père de famille ». Il était marié, père de trois enfants. Il fut gracié le 5 juin 1879.
Il y a sans doute identité avec Laffay Jean-François, né en 1842 à Ronneaux (Rhône), réfugié à Genève après condamnation pour affiliation à l’Internationale. Ce Laffay, parti pour Bâle en juin (?) 1874, est dit charcutier (Arch. PPo., B a/433, réfugiés à Genève, octobre 1874).
Voir C. Camet.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article62925, notice LAFAY Jean, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 1er novembre 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/860, n° 4388 — Arch. Dép. Rhône, série U, procès-verbaux du tribunal correctionnel de Lyon, avril 1874 — Gazette des Tribunaux, 22-26 avril 1874.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément