ISEMBART Charles

Né le 13 novembre 1850 à Saint-Dizier (Haute-Marne) ; garçon de café ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était célibataire. Il avait été condamné à Paris, le 11 novembre 1869 à quinze jours de prison pour vol ; le 22 janvier 1870, à huit jours pour vagabondage, et le 12 juillet 1870, toujours à Paris, à trois mois pour escroquerie.
Sorti de la prison de Valence (Drôme) le 12 octobre 1870, il s’engagea dans un régiment d’infanterie ; parti de Besançon (Doubs) le 11 février 1871 avec un congé de convalescence d’un mois, il arriva à Paris le 1er mars et entra, le 26, au service de la Commune comme simple garde au 79e bataillon. Il participa à la construction de barricades et fut arrêté le 28 mai à Belleville.
Le 17e conseil de guerre le condamna, le 25 mars 1872, à la déportation simple. Détenu un temps à l’île d’Oléron, il fut noté pour son indiscipline ; en Nouvelle-Calédonie, il eut une conduite médiocre et se montra paresseux ; le 29 mai 1879, il obtint la remise de sa peine et rentra par la Loire.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article62099, notice ISEMBART Charles, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 24 septembre 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/770 et 839. — Arch. PPo., listes d’amnistiés.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément