HUGUENOT Antoine, Arthur

Né à l’Isle-Jourdain (Vienne) le 27 janvier 1845 ; communard.

Après des études au séminaire, il fut attaché, pendant le 1er Siège, à la mairie du VIe arr. Il habitait, 1, rue Larrey, à Paris, Ve arr.
Le 1er mai 1871, il fut nommé commissaire de police et substitut du procureur de la Commune en même temps que G. Da Costa, Th. Ferré et Martainville (J.O. Commune, 5 mai).
Par contumace, le 4e conseil de guerre le condamna, le 12 mars 1874, à la déportation dans une enceinte fortifiée.

Réfugié en Suisse, à Neuchâtel, il connut J. Guillaume et adhéra à la section de l’Internationale (Fédération jurassienne) dont il fut quelque temps le secrétaire.
Il se maria en juin 1872 avec la sœur d’Aristide Barré — Voir ce nom ; ils eurent trois enfants. Huguenot se disait bachelier ès lettres et ancien professeur et il vécut de leçons données dans des pensionnats de garçons. Sa belle écriture lui permit, en février 1872, d’offrir ses services à J. Guillaume pour autographier les deux premiers numéros du Bulletin de la Fédération jurassienne. (J. Guillaume, L’Internationale, op. cit., t. II, pp. 173, 223, 260.)
Il assista, le 18 août 1872, comme secrétaire, au congrès de La Chaux-de-Fonds, puis, de janvier à août 1873, il habita Vienne, où il vécut de leçons de français (cf. Bulletin de la Fédération jurassienne, n° 24, 21 septembre 1873).
Expulsé de Vienne en août 1873 en même temps que Barré, L. Chalain, Rogeard et Sachs, il se rendit à Londres et fut parmi les fondateurs de l’école française destinée aux enfants des proscrits. Ces fondateurs étaient Berton, Blond, Brignolas, Carney, Cottard, Guillot, Huguenot, La Cécilia, Lattapy, F. Lhuillier, Mallet, A. Martin, Constant Martin, Édouard Moreau, Mortier, Varlet. Le conseil d’administration comprenait Brignolas, La Cécilia et Varlet, ce dernier chargé de la comptabilité.

Franc-Maçon, Huguenot fut membre à Londres de la loge des « Philadelphes », dont il fut élevé à la dignité de secrétaire en 1875.
Avec le groupe blanquiste « La Commune révolutionnaire », il signa à Londres, en juin 1874, la brochure Aux Communeux, déclaration athée, communiste, révolutionnaire.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article61959, notice HUGUENOT Antoine, Arthur, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 20 septembre 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/857, n° 2857. — Arch. PPo., B a/434, rapports des 18 et 25 juillet 1875 et listes de contumaces. — L. Descaves, Philémon..., op. cit., pp. 262-266. — André Combes, « Les Philadelphes et autres loges de Communards... « , Chroniques d’histoire maçonnique n° 35, 1985. — Notes de M. Cordillot.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément