GRANDIN Auguste

Né le 26 janvier 1831 à Paris ; chaudronnier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était célibataire ; il avait été condamné, en 1849, dans la Seine, à six mois de prison pour vol, et, en 1851, à treize mois pour le même motif.
Il fut, sous la Commune de Paris, capitaine au 161e bataillon de la Garde nationale, et se vit condamner, le 14 août 1873, par le 4e conseil de guerre, à la déportation simple ; il arriva à Nouméa le 9 août 1874. Il fut amnistié, en 1879, et rapatrié par le Var.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article60843, notice GRANDIN Auguste, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 8 août 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/842 et BB 27. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément