GRANDIER Albert

Communard mort en déportation en Nouvelle-Calédonie.

Albert Grandier fut arrêté rue d’Aboukir le 9 février 1870 dans un groupe de 17 personnes armées de revolvers, dont Raoul Rigault et Émile Magloire Giffault.

Il collabora à La Nouvelle République, 19 mars-1er avril 1871, suivie de L’Affranchi, 2-25 avril, journaux dirigés par Paschal Grousset.
Déporté après la Commune, il perdit la raison en Nouvelle-Calédonie et mourut en novembre 1873, à l’île des Pins.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article60841, notice GRANDIER Albert, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 4 février 2017.

SOURCES : La Comune di Parigi (G. Del Bo), op. cit. — Lissagaray, Histoire de la Commune, op. cit.Le Figaro, 10 février 1870, p 1, 6ème col.