GILLET Pierre

Né le 15 octobre 1838 à Saint-Dizier (Haute-Marne) ; demeurant à Paris depuis 1858 et, depuis huit ans, dans la même maison, 140, rue du Faubourg-Saint-Martin, Xe arr. ; garçon de restaurant ; communard.

Marié en 1863, sans enfant. Il avait été exempté du service militaire comme fils aîné de veuve. Pendant le 1er Siège, il appartint à la 1re compagnie de marche du 107e bataillon de la Garde nationale et y resta après le 18 mars 1871. Il fit deux sorties : vers le 10 avril, pour la défense de la barricade de la route de Clamart, non loin de la station du chemin de fer ; du 6 au 13 mai, il défendit à nouveau la même barricade. Il rentra à Paris le 13 mai et en sortit le 18 mai, par le PLM, avec une fausse carte d’identité. Il fut arrêté à Villeneuve-Saint-Georges.
D’après les renseignements recueillis sur son compte, il avait bonne conduite, bonne moralité et était sans opinions politiques. Le 13e conseil de guerre le condamna, le 8 janvier 1872, à un an de prison et à cinq ans de surveillance ; le 15 novembre 1872, il obtint remise du reste de sa peine, mais la surveillance de la police fut commuée en cinq ans de privation de droits civiques.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article60384, notice GILLET Pierre, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 18 juillet 2019.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/761.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément