LEROY Robert

Par Michel Gorand

Né le 15 novembre 1923 à Le Meix-Saint-Epoing (Marne) ; homme d’équipe puis commis puis sous-chef de bureau de gare ; secrétaire du secteur des cheminots CFDT de Paris-Est (1966), puis de l’Union professionnelle régionale CFDT (1974-1977) ; membre du bureau fédéral des cheminots CFDT (1973-1976).

Issu d’une famille de quatre enfants dont le père était agriculteur puis cheminot syndiqué à la CGT, Robert Leroy, après l’école primaire et un CAP d’opticien, fut apprenti typographe de 1938 à 1941, puis ouvrier en optique de 1941 à 1944. Il entra à la SNCF en 1945 comme homme d’équipe à la gare de Sézanne (Marne). Adhérent à la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) de 1941 à 1947, il adhéra à la CFTC en 1945, ainsi qu’au Mouvement républicain populaire (MRP) de 1945 à 1956. Il fut également conseiller municipal de Sézanne de 1947 à 1959.
Robert Leroy devint commis à la gare de Sézanne en septembre 1947, puis commis principal en 1957 à la gare de Coulommiers ; il créa une section CFTC des cheminots dans ces deux lieux de travail. Il fut promu sous-chef de bureau de gare en 1964 à Paris-Est. Il devint secrétaire du secteur des cheminots CFDT de Paris-Est en 1966. Robert Leroy fut trésorier de l’Union professionnelle régionale (UPR-CFDT) de Paris-Est de 1971 à 1974, puis secrétaire général de 1974 à 1977. Lors du congrès de Saint-Étienne en 1973, il fut élu au bureau fédéral, ce qui l’amena à siéger à plusieurs reprises entre 1973 et 1976 à la commission mixte du statut pour les affaires de déroulement de carrière des agents des gares. Il termina sa carrière comme sous-chef de bureau de gare en 1978.
Adhérant du Parti socialiste, il fut trésorier, puis secrétaire de section PS de 1980 à 1982. Engagé par ailleurs au Secours catholique, Robert devint diacre en 1989, à Sézanne.
Marié en mai 1947, Robert Leroy eut trois enfants.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article6006, notice LEROY Robert par Michel Gorand, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 13 février 2012.

Par Michel Gorand

SOURCES : Arch. CFDT. — Correspondances avec le militant, 2002.

Version imprimable Signaler un complément