FOUQUART Joseph, Émile

Né le 2 mai 1832 à La Neuville-Housset (Aisne) ; demeurant à Paris ; garçon de magasin ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était marié, père d’un enfant. Il fut condamné, le 8 juin 1869, à quatre mois de prison et à 25 F d’amende pour abus de confiance ; les renseignements recueillis sur son compte furent déclarés peu satisfaisants, mais Fouquart put produire de bons certificats de plusieurs personnes habitant son quartier. Il avait servi quatorze ans dans l’armée.
Lors de la formation de la Garde nationale, il fut capitaine à la 10e compagnie du 104e bataillon. Après le 18 mars 1871, il donna sa démission, mais elle ne fut pas acceptée, dit-il. Au début d’avril, il fut nommé capitaine adjudant-major. Le 3 ou le 4 de ce mois, il alla à Issy. Le 13 avril, il fit une nouvelle sortie au château de Bécon où il resta cinq jours. Le 22 mai, il conduisit son bataillon à Montmartre et se retira chez lui. Le lendemain il fut arrêté.
Le 11e conseil de guerre le condamna, le 19 décembre 1871, à la déportation simple. Il arriva à Nouméa le 25 septembre 1872. Il fut bien noté et obtint la remise de sa peine le 4 mars 1878. Il rentra par la Picardie. L’obligation de résider fut levée le 15 janvier 1879.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article59384, notice FOUQUART Joseph, Émile, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 18 juin 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/754 et BB 27. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément