FLIZET Louis

Né le 11 octobre 1847 à Paris ; y demeurant, 5, rue Saint-Fargeau (XXe arr.) ; vernisseur sur cuivre ; communard.

Il était célibataire. Il avoua une condamnation à un mois de prison pour complicité de vol. Les renseignements sur son compte n’étaient pas défavorables : il avait eu un certificat de bonne conduite sous les drapeaux.
Il s’engagea volontairement, pendant le 1er Siège, dans un corps de Francs-Tireurs de Paris qui opérait en province ; il fut licencié le 12 mars 1871 et se fit incorporer, le 10 avril, dans le 159e bataillon de la Garde nationale qu’il suivit à Saint-Ouen, à Levallois-Perret, et avec lequel il garda la barricade de Romainville. Il l’abandonna le 25, lors de l’entrée des troupes et fut fait prisonnier par les Prussiens, le 27 mai, porte de Romainville.
Le 16e conseil de guerre le condamna, le 25 avril 1872, à deux ans de prison et à dix ans de privation de ses droits civiques.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article59204, notice FLIZET Louis, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 4 juin 2019.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/755.

Version imprimable Signaler un complément