FLAMET Jules, Édouard, dit Bayal

Né à Paris le 19 novembre 1846 ; avocat ; propriétaire ; militant blanquiste ; communard.

Fin 1867, début 1868, Jules Flamet se livra à la propagande blanquiste aux côtés de Jaclard.
Par arrêté du Comité de salut public en date du 12 mai 1871, Flamet, « avocat à l’ex-Cour d’appel de Paris », fut nommé juge suppléant au tribunal civil de la Commune de Paris. Voir Coppens, F. Leloup et A. Vencken.
Jules Flamet réussit, le 30 août 1871, à passer en Belgique sous le nom de Julien Flamant puis, expulsé, le 7 septembre suivant, s’installa en Suisse, à Genève. À la date du 1er janvier 1873, il avait quitté le pays.
Par contumace, le 4e conseil de guerre le condamna, le 1er décembre 1874, à la déportation dans une enceinte fortifiée. Selon Dommanget, Flamet aurait été acquitté huit mois plus tard, le 15 juillet 1875, en jugement contradictoire.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article59162, notice FLAMET Jules, Édouard, dit Bayal, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 4 juillet 2019.

SOURCES : Arch. PPo., B a/368, B a/427, B a/431, pièces 786 à 791. — J.O. Commune, op. cit., 13 mai 1871. — L. Descaves, Philémon..., op. cit., p. 93. — M. Dommanget, Blanqui et l’opposition révolutionnaire..., op. cit. — Arch. Gén. Roy. Belgique, dossier de Sûreté, n° 243176. — F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Les Communards en exil. État de la proscription communaliste à Bruxelles et dans les faubourgs, Bruxelles, 1971.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément