FERRÉ Hippolyte, Louis, Philippe

Né le 13 janvier 1848, mort à Paris en juin 1913. Frère de Théophile Ferré, dont il fut le secrétaire sous la Commune de Paris en même temps que capitaine au 76e bataillon fédéré.

Arrêté après la défaite de la Commune, il aurait été interné à Sainte-Anne, puis relâché. Il se réfugia alors en Suisse. Par contumace, le 16e conseil de guerre le condamna, en mai 1873, à la déportation dans une enceinte fortifiée. Réfugié à Zürich où il se maria, puis à La Chaux-de-Fonds, Hippolyte Ferré, qui se faisait alors appeler Henri, gagna sa vie comme tapissier et milita dans les rangs des adversaires de Marx. Il assista aux congrès de la Fédération jurassienne et fut notamment secrétaire du congrès tenu à la Chaux-de-Fonds, les 6 et 7 avril 1874. Une Fédération française de l’AIT se constitua en 1877, et Ferré fit partie de son conseil avec Alerini, Dumartheray, Jeallot et Pindy, ce dernier remplissant les fonctions de secrétaire-correspondant.
Hippolyte Ferré fut secrétaire du Comité du monument aux Fédérés dans les années 1880, puis trésorier de la Société fraternelle des anciens combattants de la Commune fondée en 1889.
Camélinat prit la parole lors de son enterrement, le 12 juin 1913.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article59038, notice FERRÉ Hippolyte, Louis, Philippe, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 30 mai 2019.

SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE : Arch. PPo., B a/439, B a/440. — J. Guillaume, L’Internationale, op. cit., passim. — L. Descaves, Philémon..., op. cit., p. 278. — Le Temps, 9 janvier 1888. — L’Humanité, 13 juin 1913. — Notes de J. Chuzeville.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément