ESCANDRE

En 1867, Escandre était l’un des vingt-et-un syndics de la Chambre syndicale des ouvriers cordonniers.
Il habitait alors à Paris, 3, impasse de l’Étoile, rue Neuve-Coquenard.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article58685, notice ESCANDRE , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 26 juillet 2009.

SOURCE : Eugène Tartaret, Commission ouvrière de 1867. Recueil des procès-verbaux des assemblées générales des délégués et des membres des bureaux électoraux, Paris, Imp. Augros, 1868, X-320 p. — Notes de R. Skoutelsky.

Version imprimable Signaler un complément