ESCANDE Jean-Louis

Veuf, père d’un enfant. Pendant le 1er Siège et la Commune, il appartint à la 3e compagnie de marche du 165e bataillon. Le 18 mars, il était caporal et fut ensuite nommé sergent. Il combattit sur les barricades. Il fut arrêté, le 28 mai, à Ménilmontant. Le 12 mars 1872, il fut condamné à huit ans de détention et à la surveillance à vie. Le 22 mars 1873, sa peine fut commuée en deux ans de prison, la privation de ses droits civiques étant maintenue.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article58684, notice ESCANDE Jean-Louis , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 26 juillet 2009.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/787.

Version imprimable Signaler un complément