EBERSTOFFLER Jean

Né le 29 novembre 1831 à Kamm (Basse-Bavière) ; demeurant à Paris, 12, impasse Roux, rue Rennequin (XVIIe arr.) ; journalier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était marié, père de deux enfants. C’était un ancien soldat de la Légion étrangère (campagnes d’Afrique, d’Italie, de Crimée).
Il fut caporal, pendant le Siège et sous la Commune de Paris, au 90e bataillon de la Garde nationale. Il fut arrêté le 16 juin 1871 et incarcéré à Rochefort.
Le 6e conseil de guerre le condamna, le 11 mai 1872, à la déportation simple. Sa femme le suivit à Nouméa. Le 29 novembre 1876, sa peine fut commuée en six ans de détention, puis remise le 5 novembre 1877 sous condition d’expulsion. Il rentra par le Tage.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article58600, notice EBERSTOFFLER Jean, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 16 mai 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/766 et H colonies 79. — Louis Bretonnière, Roger Pérennès, L’Internement des prévenus de la Commune à Rochefort, Nantes, 1995. — Notes de M. Cordillot.

Version imprimable Signaler un complément