DUPRAT Henry, Victor, Antony, dit Lavallée V.

Né le 29 mars 1843 à Châlons-sur-Marne (Marne) ; journaliste ; officier sous la Commune de Paris.

Il était marié, sans enfant. Son père avait été principal du collège de Châlons-sur-Marne ; un de ses frères était clerc de notaire à Paris.
Il fut rédacteur à la Liberté, au Citoyen ; le journal la Cloche, dont il fut ensuite le collaborateur — sous le pseudonyme de V. Lavallée — et où il rédigeait des articles « Halles et Marchés » était favorable à l’ordre établi.
Lorsque Duprat, capitaine au 223e bataillon et qui était au 18 mars 1871 en permission de quatre jours à Blois, accepta sa nomination au grade de commandant, il le fit, dit-il, pour conserver son bataillon à l’ordre (le 223e appartenait au XVIIe arr., Voir A. Armand). Élu le 2 avril, il ne conserva, à partir du 7, que le commandement des compagnies sédentaires, à l’exclusion des compagnies de marche ; le 13 avril, il conduisit une partie de ses hommes à Dombrowski du côté de Levallois. Au début de mai, il signala dans un rapport au chef de la XVIIe légion (cf. J.O., 5 mai) les gardes de son bataillon qui s’étaient distingués au combat dans la nuit du 30 avril au 1er mai 1871 : Boulland, Brijois, Collet, Dumont, Gillequin, Le Raide, Pardieu, Pochon. En avril, un des frères Ménier, Léopold, beau-frère de Duprat, fut tué à ses côtés.
Henry Duprat démissionna le 10 mai et fut arrêté le 23. Il fut condamné, le 10 novembre 1871, par le 3e conseil de guerre, à la déportation simple ; sa peine fut commuée, le 3 avril 1872, en dix années de bannissement et remise le 8 avril 1879. À Bruxelles — il arriva en Belgique en décembre 1873, venant de Paris — il tint un magasin de vins auquel était annexé un débit où se rencontraient des proscrits. Sa femme mourut en couches en 1874 ; ses deux enfants furent emmenés en Angleterre par les époux Ménier, ses beau-frère et belle-sœur, qui refusèrent de les rendre : la chose fut jugée à Londres en avril 1876 et les Ménier condamnés à rendre ses deux filles à Duprat ; elles avaient trois ans et quatorze mois.
En 1881, Henry Duprat devint gérant de l’Avenir des Transports, hebdomadaire financier, industriel, commercial.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article58362, notice DUPRAT Henry, Victor, Antony, dit Lavallée V., version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 10 mai 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/734. — Arch. PPo., B a/1060. — J.O. Commune, 5 mai 1871. — Gazette des Tribunaux, 25 novembre 1871. — Murailles... 1871, op. cit., p. 399.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément