DUHAMEL Ferdinand

Contremaître de fabrique dans une entreprise lainière de Lisieux (Calvados) ; militant de l’AIT.

Il fut le secrétaire-correspondant de la section de Lisieux de l’Internationale fondée en 1865. D’après les procès-verbaux du Conseil général, Ferdinand Duhamel fut nommé secrétaire-correspondant le 20 juin 1865.
À l’audience du tribunal correctionnel de Lisieux, le 4 février 1873, comparurent neuf prévenus : Louis Hersan, Louis Huet, François, Marie Legoff, Jean-Baptiste Leroy, Pierre, Auguste Le Royer, Pignol, Charles Prévost, Charles, Casimir, Jacques Saint-Denis, François, Marie, Joseph Vaugeois (un dixième prévenu, Guillaume, faisait défaut). Ils avaient été arrêtés le mois précédent pour affiliation à l’Internationale, section de Lisieux. Le procureur général indiqua que Ferdinand Duhamel, fondateur de la section, s’était adonné à la propagande avec « beaucoup d’activité et de dévouement ». Après la Commune, il avait été arrêté. « Notre premier soin, indiqua le procureur, fut de rechercher les noms des affiliés, et nous devons dire que Duhamel s’y prêta d’assez bonne grâce ». Le prévenu bénéficia alors d’une ordonnance de non-lieu, puis offrit à Pignol, membre de la section depuis 1868, de le remplacer comme secrétaire-correspondant, après accord avec Serraillier. Pignol accepta et Duhamel se retira de l’Internationale. Pignol prétendit d’ailleurs qu’il en fut exclu pour avoir prélevé des cotisations triples de celles qu’il devait normalement percevoir et pour n’avoir jamais fait parvenir d’argent à Londres. Serraillier aurait dit à ce sujet : « La Société, dans sa marche, a rencontré bien des fois des Duhamel, qui n’ont cherché qu’à servir leurs intérêts personnels. »
Quoi qu’il en soit, Pignol se mit alors en rapport avec Larroque de Bordeaux qui lui envoya des livrets et des brochures, et avec Van Heddeghem de Paris. Il n’eut le temps de tenir qu’une réunion, à laquelle assistaient huit membres, le 29 décembre 1872, et fut arrêté sur dénonciation de Van Heddeghem qui, arrêté lui-même, l’avait dénoncé comme le chef de la section de Lisieux.
Pignol fut condamné à huit mois de prison, 50 f d’amende, cinq ans de surveillance et solidairement aux dépens.

Selon un rapport du préfet du Calvados, 4 août 1871 (Arch. Nat. C 2885), le nombre des membres de l’Internationale se serait élevé à environ 2.000 dans le département :
400 à 500 dans l’arr. de Caen ;
250 à 300 dans l’arr. de Bayeux ;
300 à 400 dans l’arr. de Falaise ;
500 à 600 dans l’arr. de Lisieux ;
80 à 100 dans l’arr. de Pont-Lévêque ;
250 à 300 dans l’arr. de Vire, soit au total de 1780 à 2200.
Des dizaines de noms sont cités que nous n’avons pas relevés car ils sont, à quelques exceptions près, ceux de personnes simplement signalées par « le bruit public » et sans que soit apporté un commencement de preuve.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article58179, notice DUHAMEL Ferdinand, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 4 mai 2019.

SOURCES : Arch. PPo., B a/439. — Minutes..., op. cit., 1er volume. — Gazette des Tribunaux, 8 février 1873. — Le Pays, 11 février 1873. - Jérôme Letournel, thèse, 2013, p. 53.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément