DUCROCQ Jules [DUCROCQ Gabriel, Jules, dit le Général]

Né à Niort le 27 juillet 1842 ; médecin ; membre de l’Association internationale des Travailleurs ; communard.

Jules Ducrocq, dont le père était, lors de sa naissance, chef de bataillon en retraite et chevalier de la Légion d’honneur, fit des études supérieures. Étudiant en médecine, blanquiste, il appartenait à la loge L’Avenir — Voir E. Thirifocq. C’est également en qualité d’étudiant qu’il devint un des premiers adhérents de l’Internationale en France et, comme tel, signataire, en février 1865, d’une déclaration « ouvriériste ». Voir Jean Aubert.
Le 5 août 1870, il fut condamné, à Paris, à deux mois de prison et 300 f. d’amende pour contravention aux lois sur les réunions publiques.
Il servit ensuite la Commune de Paris comme médecin chef du fort de Vanves ; le 4e conseil de guerre le condamna par contumace, le 15 mai 1873, à la déportation dans une enceinte fortifiée et à la dégradation civique.

Il arriva à Genève le 29 novembre 1871, séjourna à Berne et fut amnistié le 8 mai 1879. Il fut, en Suisse, un des 54 « proscrits de la Commune », signataires de l’adresse Au citoyen Garibaldi, quatre pages imprimées, Genève, 27 janvier 1875. (Arch. Claris IFHS).
Ducrocq avait collaboré à La Rive Gauche, 1864-1866, qui donna des informations sur l’Internationale. Cf. La Première Internationale, vol. 1, Périodiques 1864-1877, Paris, 1958.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article58112, notice DUCROCQ Jules [DUCROCQ Gabriel, Jules, dit le Général], version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 2 mai 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/856, n° 2449. — Arch. Min. Guerre, 3e conseil, n° 1082 (le dossier manque). — Arch. PPo., B a/431, B a/432, B a/465 et listes de contumaces. — L. Descaves, Philémon..., op. cit., p. 75. — M. Dommanget, Blanqui et l’opposition révolutionnaire..., op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément