DU BISSON Raoul, Charles, Adjutor

Né à Caen (Calvados) le 11 janvier 1812 ; communard.

Marié, il avait été condamné, en 1848, à Domfront, à deux ans de prison pour appartenance à société secrète ; en 1853, à Paris, à quatre ans de prison pour conjuration. « Ancien officier d’armées exotiques, chargé d’aventures douteuses, qui avait présidé la réunion du 24 [février 1871] au Vauxhall », constitutive du Comité central de la Garde nationale. C’est ainsi que Lissagaray — il considérait Raoul Du Bisson comme un agent versaillais — put écrire qu’il travaillait, avant le 18 mars, à constituer « un Comité central par en haut, avec les chefs de bataillons ».
Il fut, sous la Commune, commandant du 26e bataillon fédéré et chef d’état-major général des Gardes nationales de la Seine (cf. J.O. Commune, 22 mars). Il servit à Neuilly. Début mai, il était chef de la XIXe Légion et du 3e secteur.
Il se réfugia à Londres, à Jersey (1872), en Suisse, et fut condamné par contumace, le 6 février 1873, par le 20e conseil de guerre, à la peine de mort.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article57937, notice DU BISSON Raoul, Charles, Adjutor, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 26 avril 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/856 A. — Arch. Min. Guerre, 20e conseil (n° 680). — Arch. PPo., B a/368, B a/429 et B a/430. — Arch. Dép. Calvados, série M, Police générale, condamnés politiques, 1831-1878. — P.V. Commune, op. cit., 1re séance du 12 avril. — Lissagaray, Histoire de la Commune, op. cit. — Arch. part., notes de L. Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément