DEMPFEL Théophile, Gottfrid

Né le 25 septembre 1841 à Paris ; y demeurant ; ancien employé-comptable ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie, où il mourut.

Il fut congédié pour indélicatesse par la maison de commerce qui l’employait en 1862 et s’engagea dans un régiment de ligne, le 93e, où il fut cassé de son grade de caporal pour avoir disposé d’une somme d’argent à lui confiée, et qu’il rendit après quelques jours ; il reprit son grade et fut libéré en 1867 avec un certificat de bonne conduite. En janvier 1869, il contracta un engagement de cinq ans et fut nommé caporal ; après l’armistice, il fut nommé sergent-fourrier à la demande de son capitaine ; le 15 mars 1871, son régiment reçut l’ordre de gagner Orléans ; Théophile Dempfel déserta en cours de route, emportant la solde des hommes de sa compagnie ; le 19 mars, il partit pour Paris. Il fut incorporé peu après au 25e bataillon de la Garde nationale et fait lieutenant le 4 ou le 5 avril, puis capitaine ; il prit part aux combats de rue et réussit à s’échapper de Paris ; le 22 août 1872, il fut amené devant le commissaire de police du quartier de Picpus, XIIe arr., parce qu’il avait déjeuné sans payer dans une auberge ; il avoua sa désertion et sa participation à la Commune ; il semble avoir été condamné, le 8 novembre 1872, à trois mois de prison et 25 f d’amende pour abus de confiance.
Le 3e conseil de guerre, le 9 mai 1873, le condamna à mort et à la dégradation militaire, peine commuée, le 26 juin 1873, en travaux forcés à perpétuité ; son dossier porte, à la date du 21 mai 1879, la mention « décédé ».

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article57226, notice DEMPFEL Théophile, Gottfrid, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 9 avril 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/791. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément