DAVID François, Adrien, dit Prolétaire

Né le 19 novembre 1835 à Thiville (Eure-et-Loir) ; maçon ; militant de l’AIT ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était marié, père de deux enfants ; il avait été condamné, le 21 octobre 1864, dans la Seine, à huit jours de prison pour coups volontaires.
Membre de l’Internationale comme P. Magdonel, A. Guillaume, Simbozel, il fut, sous la Commune de Paris, membre de la commission municipale du XIe arrondissement — Voir Capellaro — et fit partie de la commission qui fit réquisitionner et brûler la guillotine — Voir V. Idjiez — David François fut également président du club Saint-Ambroise ou des Prolétaires ; avec ses compagnons, il avait juré « une fidélité inébranlable à la république démocratique et sociale ».
Le 5e conseil de guerre le condamna, le 29 septembre 1875, à la déportation dans une enceinte fortifiée, après une première condamnation à mort par contumace, le 4 novembre 1872. Il arriva à Nouméa le 6 janvier 1877, puis fut amnistié en 1879.

Un nommé David, le même certainement, habitait, 37, rue Servan, à Paris, XIe arr. En avril 1871, il était secrétaire-correspondant de la section Faubourg-du-Temple (XIe arr.) de l’Internationale — voir Dict. vol. IV, p. 54. Le 12 janvier 1871, il intervint à une réunion du Conseil fédéral de l’Internationale (cf. Les Séances officielles de l’Internationale à Paris pendant le Siège et pendant la Commune). Sans doute est-ce lui qui fut élu membre du Comité central de la Garde nationale, le 16 avril 1871 (Procès-Verbaux de la Commune de 1871, op. cit., t. I, p. 254).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article56654, notice DAVID François, Adrien, dit Prolétaire, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 20 mars 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/818 et H colonies 252. — Arch. Min. Guerre, 5e conseil. — Arch. PPo., listes de contumaces et listes d’amnistiés. — Fontoulieu, Les Églises de Paris sous la Commune, op. cit., p. 126. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément