DAFFIS Jean-Baptiste

Né le 13 novembre 1825 à Saint-Girons (Ariège) ; demeurant à Paris, 1, passage Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie (IVe arr.) ; chapelier ; communard.

Il était marié, père de deux enfants. Il avait fait un congé au 16e régiment de ligne, en 1846-1852, et avait été libéré comme caporal avec un certificat de bonne conduite ; il vivait séparé de sa femme et avait la garde de son fils, sa femme ayant gardé la fillette ; en 1866, il fut déclaré en faillite, et, cette même année, condamné à 100 f d’amende pour entretien d’une concubine au domicile conjugal ; à quinze ans déjà, il avait été condamné, par la cour d’assises de Haute-Garonne, à deux ans de maison de correction pour vol.
Au début de la guerre, il s’enrôla dans les Francs-Tireurs de Paris et fut licencié fin mars 1871 ; il rentra à Paris le 10 avril et s’enrôla le 14 mai aux Turcos de la Commune ; il fut élu, le 15, sergent-major, et fait prisonnier le 21 mai à Passy (XVIe arr.).
Le 20e conseil de guerre le condamna, le 1er juin 1872, à cinq ans de prison ; trois mois lui furent remis le 14 février 1877.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article56401, notice DAFFIS Jean-Baptiste, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 10 mars 2019.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/775.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément