CREUSOT (ou CREUZOT) Jean-Claude

Né à Ferdrupt (Vosges), le 24 mai 1826 ; ouvrier fileur à Sotteville-les-Rouen ; militant de l’AIT à Rouen.

Il fut délégué de la section de Rouen au 4e congrès de l’Association internationale des Travailleurs tenu à Bâle en septembre 1869. Il fut, avec Langlois, Murat, Varlin de Paris et Piéton d’Elbeuf, l’un des membres français de la Commission chargée d’étudier la question de la propriété collective. Alors que Varlin se prononçait pour la culture et l’exploitation du sol « par les communes solidarisées », les quatre autres, minoritaires, estimaient « que la société devrait accorder l’occupation de la terre soit aux agriculteurs individuels, soit de préférence à des associations agricoles qui paieraient la rente à la collectivité. » Ils s’abstinrent lors du vote en séance plénière (Association Internationale des Travailleurs — compte-rendu du IVe congrès international tenu à Bâle en septembre 1869, cf. La Première Internationale (J. Freymond), op. cit.)
Membre du Comité fédéral rouennais de l’Internationale, il protesta contre l’arrestation d’Émile Aubry, secrétaire-correspondant de la Fédération (L’Internationale, 15 mai 1870). Voir E. Vaughan.
Le 30 août 1870, il fut condamné par le tribunal correctionnel de Rouen — ainsi que P. Jullien, Piéton Eugène et Régnier — à trois mois de prison et 100 f d’amende pour affiliation à l’Internationale.
Sur l’initiative de la Fédération, une manifestation patriotique fut organisée à Rouen, le 22 septembre 1870, au cours de laquelle on demanda qu’il ne soit accepté de proposition de paix qu’« à la condition que les Prussiens soient refoulés au-delà du territoire français. » Jean-Claude Creuzot fut désigné avec Fritsch et Vaughan comme membre suppléant de la Commission de vigilance élue à la suite de cette manifestation et « chargée de se mettre en rapport avec le Comité de défense du département » (L’Internationale, 9 octobre 1870).
Arrêté le 25 avril 1871, il fut mis hors de cause parce qu’il n’avait pas été établi qu’il eût pris une part active aux discussions en faveur de la Commune de Paris. Il se retira alors à Saint-Admé, dans les Vosges.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article56287, notice CREUSOT (ou CREUZOT) Jean-Claude, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 4 mars 2019.

SOURCES : Arch. PPo., B a/439, manuscrit Testut. — Marcel Boivin, Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen, 1851-1876, op. cit. — Notes de M. Cordillot.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément