CITEAU Joseph, Mathurin

Né à Noirmoutier-en-l’Île (Vendée) le 30 mai 1822 ; il signa de son nom souligné des trois points maçonniques (Voir E. Thirifocq) un recours en grâce à Mac-Mahon, le 23 novembre 1878 ; demeurant 67, rue Dulong (XVIIe arr.) ; cordonnier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était marié, sans enfant ; il avait servi dans les Guides, et avait été libéré en 1856 avec un certificat de bonne conduite ; pendant le 1er Siège, il fut maréchal des logis dans les Cavaliers de la République, avec pour commandant Dardelle. Le corps fut licencié le 31 mars 1871 et il s’engagea le 12 mai dans la XVIIe légion d’artillerie. Arrêté le 29 juin, il fut incarcéré à Rochefort.
Le 10e conseil de guerre le condamna, le 16 janvier 1872, à la déportation simple et à la dégradation civique ; il arriva à Nouméa le 9 février 1873. Sa peine lui fut remise le 8 mai 1879, et il rentra par la Loire.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article55562, notice CITEAU Joseph, Mathurin, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 10 février 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/757 et H colonies 75. — Louis Bretonnière, Roger Pérennès, L’Internement des prévenus de la Commune à Rochefort, Nantes, 1995. — Notes de M. Cordillot. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément