CHARTIER Joseph, Benjamin

Né le 18 février 1819 à Arras (Pas-de-Calais) ; demeurant à Paris ; communard, déporté en Nouvellle-Calédonie.

Il était marié, père de deux enfants. Il avait été condamné, le 20 octobre 1870, à trois mois de prison pour cris séditieux, et libéré le 4 septembre.
Pendant la Commune de Paris, il servit à la 2e compagnie de marche du 224e bataillon de la Garde nationale et, vers le 10 mai 1871, partit pour Passy et la Muette ; il fut blessé, le 20 mai, à l’œil droit, par son fusil, et évacué sur l’ambulance du Gros-Caillou où il fut fait prisonnier. Il avait perdu l’œil.
Le 14e conseil de guerre le condamna, le 12 décembre 1871, à la déportation simple et à la dégradation civique. Il arriva à Nouméa le 25 septembre 1872. Sa peine fut commuée, le 19 décembre 1876, en dix ans de détention, avec remise de deux ans et demi, le 12 mars 1878, et du reste le 12 décembre 1878. Il était rentré, en 1877, par le Tage.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article55182, notice CHARTIER Joseph, Benjamin, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 2 février 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/747 et BB 27. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément