CABANES Henri, Vincent

Né le 9 mars 1827 à Cazouls-lès-Béziers (Hérault) ; demeurant à Paris, 234, rue du Faubourg-Saint-Martin, Xe arr. ; courtier en vins ; communard.

Il était marié, père de trois enfants. Il vivait auparavant dans l’Hérault et s’engagea pour la durée de la guerre dans un bataillon de la garde mobile de ce département ; ladite garde fut envoyée pendant le Siège à l’armée de Paris. Libéré le 13 mars 1871, Henri Cabanes resta à Paris et, vers le 15 avril, s’engagea dans la 2e compagnie de marche du 88e bataillon de la Garde nationale ; il prétendit ensuite n’avoir été qu’ordonnance du capitaine Eichelof qui passa commandant, puis lieutenant-colonel, et fut tué à Neuilly, vers le 15 mai. Lui-même fut fait prisonnier à Passy, le 22 mai, et le 16e conseil de guerre le condamna, le 4 juin 1872, à cinq ans de prison, 1 000 F d’amende et dix ans de privation de ses droits civiques, peine réduite, le 11 mars 1874, à quatre ans de prison, l’amende et la dégradation civique étant maintenues.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article54354, notice CABANES Henri, Vincent, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 9 janvier 2019.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/786.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément