BRUYAT Jean-Pierre

Né vers 1818 ; mort à Genève le 8 décembre 1876 (d’après une autre source — Arch. fédérales Berne, Suisse. Flüchtlinge. Carton 53 — il serait né en 1833 à Sablons, Isère.) ; ouvrier balancier de Lyon (Rhône) ; participant à la Commune de Lyon.

Jean-Pierre Bruyat fut condamné en 1856 par la cour de Grenoble à trois mois de prison pour colportage d’écrits séditieux. Impliqué dans le meurtre du commandant Arnaud de la Garde nationale lyonnaise, 20 décembre 1870, il fut condamné par contumace, le 21 mars 1871, à la déportation dans une enceinte fortifiée. Voir Ballaz.
Réfugié à Genève, il fit partie de la section de propagande et d’action révolutionnaire socialiste constituée le 8 septembre 1871 sur l’initiative de proscrits français. Il fit partie également de la Solidarité, sociétés des réfugiés de la Commune. Il fut enterré civilement (un faire-part se trouve dans le carton B a/432 des Arch. PPo.).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article54219, notice BRUYAT Jean-Pierre, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 7 janvier 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/870 et BB 27. — Gazette des Tribunaux, 9-24 mars 1871. — Arch. PPo., B a/434, B a/438, B a/986.— Institut français d’Histoire sociale, Arch. Claris. — Bulletin de la Fédération Jurassienne, 9 novembre 1873 — M. Vuilleumier, « Les proscrits de la Commune en Suisse (1871) » in Revue Suisse d’Histoire, tome 12, fascicule 4, 1962.

Version imprimable Signaler un complément