BRÉBANT Benjamin, Gabriel, Félix

Né le 23 juillet 1837 à Paris ; ajusteur-mécanicien domicilié à Ivry-sur-Seine ; communard ; exilé.

Demeurant à Ivry (Seine, Val-de-Marne) ; marié, sans enfant. Ancien militaire, Benjamin Brébant avait fait un congé au 36e régiment de ligne et avait été libéré en 1866 avec un certificat de bonne conduite.
Pendant le 1er Siège de Paris, il fut sergent, puis sous-lieutenant à la 3e compagnie de marche du 98e bataillon de la Garde nationale ; il continua à servir sous la Commune de Paris et fut nommé capitaine à l’élection, le 28 avril 1871 ; il ne fit aucun service après le 20 mai.
Le 9e conseil de guerre le condamna, le 1er décembre 1871, à dix ans de bannissement ; remise du reste lui fut faite, le 26 novembre 1873, sauf dix ans de surveillance, elle-même remise le 31 décembre 1878. Pour échapper à la répression, il parvint à gagner la Belgique au lendemain de la défaite. Il arriva à Bruxelles le 26 janvier 1872.

Sans doute est-ce lui qui, de Londres, en octobre 1879, adressa, avec un groupe de Communards exilés, ses encouragements aux participants du congrès ouvrier socialiste de Marseille (cf. compte rendu du congrès, p. 378-386).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article53964, notice BRÉBANT Benjamin, Gabriel, Félix, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 26 décembre 2018.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/793. — F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Les Communards en exil. État de la proscription communaliste à Bruxelles et dans les faubourgs, Bruxelles, 1971. — Notes de M. Cordillot. — Arch. Ivry-sur-Seine.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément