BOUDIN Marcel, Albert, Eugène

Né le 18 septembre 1851 à Rambouillet (Seine-et-Oise) ; demeurant à Vanves, 4, impasse Paradis ; maçon ; communard.

Il était célibataire. Pendant le 1er Siège de Paris, il fut garde à la 1re compagnie de marche du 41e bataillon de la Garde nationale, composé uniquement de volontaires ; du 18 mars au 8 avril 1871, il n’aurait pas rejoint sa compagnie ; du 8 avril au 6 mai, il alla à Vanves et à Châtillon ; le 23 mai, il fut blessé sur la barricade de la rue d’Enfer.
Le 20e conseil de guerre de Rambouillet (Seine-et-Oise) vit évoquer contre lui une condamnation à six mois de prison pour vol, du 24 juillet 1868, que l’accusé contesta — elle pourrait lui avoir été attribuée par erreur. Il fut condamné, le 7 décembre 1871, à dix ans de détention ou à la déportation simple pour port d’armes et uniforme, peine commuée, le 11 mai 1872, en trois ans de prison avec dégradation civique. Il fut incarcéré le 16 juillet 1872 à Belle-Île-en-Mer (Morbihan) et transféré le 17 novembre 1872 à Landerneau (Finistère).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article53564, notice BOUDIN Marcel, Albert, Eugène, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 15 décembre 2018.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/739. — Arch. Dép. Morbihan, série Y, écrou 1788. — Note de J.-Y. Mollier.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément