BLONDEL Louis, Aimable (ou Joseph ?)

Né le 27 mai 1850 à Amiens (Somme), de père inconnu ; maçon ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Célibataire, il avait été condamné, le 27 mars 1867, à Asnières, à 25 F d’amende pour blessures par imprudence, puis durant la guerre, à Paris, par un conseil de guerre, le 15 décembre 1870, à trois ans de prison pour complicité de vol au préjudice d’un habitant. Sorti, au mois d’avril 1871, de l’hôpital parisien où il était entré en janvier 1871, il fut arrêté à Saint-Denis, le 17 mai, et condamné par le 12e conseil de guerre à la déportation simple pour avoir servi comme garde au 161e bataillon de la Garde nationale ; il arriva à Nouméa le 2 novembre 1872. En 1879, à Nouméa, il encourait trois ans de prison pour voies de fait.
Il est aussi prénommé Joseph.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article53090, notice BLONDEL Louis, Aimable (ou Joseph ?), version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 28 novembre 2018.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/809. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément