BARROIS Lucien, Hugues, Marie

Né le 4 novembre 1845 à Paris ; employé (ancien gérant de la Marseillaise) ; lieutenant d’état-major sous la Commune de Paris et aide de camp de Bergeret ; membre de l’Association internationale des Travailleurs.

Le dernier domicile connu de Barrois avant 1871 était, 3, rue Muller, à Paris, XVIIIe arr. Il était marié, père de deux enfants.
Par contumace, le 4e conseil de guerre condamna Barrois, le 28 avril 1874, à la déportation dans une enceinte fortifiée.
Réfugié à Londres, il fut, selon un rapport de police, « membre de la Commission exécutive du Comité révolutionnaire du prolétariat. » Ce n’était certainement pas en 1874. (Voir Victor Delahaye). En 1877, il démissionna du groupe londonien de l’Internationale qu’il avait contribué à fonder peu auparavant, déclarait, le 28 décembre 1877, l’agent « 26 ». On peut se demander toutefois dans quelle mesure l’Internationale, et quelle Internationale, avait encore une vie réelle à cette époque en Angleterre. Sans doute est-ce lui qui, de Londres, en octobre 1879, adressa, avec un groupe de communards exilés, ses encouragements aux participants du congrès ouvrier socialiste de Marseille (cf. c. r. du congrès, pp. 378-386).
Le 16 décembre 1879, il bénéficia de la remise de sa peine.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article51935, notice BARROIS Lucien, Hugues, Marie , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 7 octobre 2018.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/850, n° 7707. — Arch. Min. Guerre, 4e conseil (n° 1695). — Arch. PPo., B a/435 et listes de contumaces.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément