BACHELIER Eugène, Pierre

Né le 25 mars 1846 à Nantes (Loire-Inférieure) ; demeurant à Paris ; ferblantier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Eugène Bachelier était célibataire. Garde mobile dans le bataillon de la Loire-Inférieure pendant le 1er Siège de Paris, il fut condamné, le 12 décembre 1870, à un an de prison pour outrages à supérieur et envoyé à la prison de la Roquette, d’où il fut libéré le 26 ou le 27 mars 1871 par les insurgés.
Il s’engagea alors à la 1re compagnie de marche du 270e bataillon de la Garde nationale ; malade au début d’avril, hospitalisé à Saint-Louis, il en sortit le 2 mai ; le 5, il alla à Saint-Ouen avec son bataillon, y resta jusqu’au 21 mai et fut arrêté le 28 à Ménilmontant.
Il avait déjà subi trois condamnations pour vol, dont une devant le tribunal de Vernet-Montreuil, en Suisse, les deux autres étant d’un mois en 1863 et un an en 1867. Le 19e conseil de guerre le condamna, le 15 mai 1872, à la déportation dans une enceinte fortifiée : peine commuée, le 5 avril 1877, en déportation simple, puis remise le 21 juin 1879 ; il rentra par la Loire.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article51627, notice BACHELIER Eugène, Pierre , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 27 septembre 2018.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/764 et H colonies 69.

Version imprimable Signaler un complément