BACHELERY Charles, Léon

Par Jean Puissant

Né en 1841 à Brest (Finistère) ; adhérent de l’AIT en Belgique.

Marié, sans enfant, Charles Bachelery ancien employé à la mairie du XVIIIe arrondissement comme inspecteur du gaz, fut renvoyé en raison de sa participation active aux meetings où il attaquait la religion, la propriété et le gouvernement : pour ses discours, il fut condamné en mars 1869 à douze mois de prison. Il gagna alors la Belgique pour éviter de purger sa peine. Il fut poursuivi en mai 1869 pour des attaques contre Napoléon III parues dans Révolution, n° 4. À la même époque, il participa à divers meetings de l’AIT où il s’exprima de la sorte : « C’est une erreur de croire à la révolution pacifique, il faut la faire à coups de fusils... Je croyais me trouver en Belgique dans un pays libre où il m’était permis d’imprimer ce que je pensais. » Condamné par la cour d’assises du Brabant à six mois de prison et 200 F d’amende, il fut expulsé le 13 août 1869. Il fut annoncé comme "délégué de la soi-disant section militante de Bruxelles », groupe de la Nouvelle tribune du peuple au congrès de Bâle de l’AIT, mais ne s’y présenta pas.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article51624, notice BACHELERY Charles, Léon par Jean Puissant, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 27 septembre 2018.

Par Jean Puissant

SOURCE : Dictionnaire biographique des militants du mouvement ouvrier en Belgique, Bruxelles, Éditions Vie Ouvrière, 1995.

Version imprimable Signaler un complément