AUDOYNEAU Jules [AUDOYNEAU Louis, dit Jules (ou AUDOYNAUD ou AUDOYNEAUD)]

Né le 14 juin 1838 à Paris (IVe arr. ancien) ; sculpteur sur bois ; communard.

On le présente comme ayant des « cheveux rouges, longs et bouclés, une barbe rouge » ; marié ; sculpteur sur bois, il habitait le XIe arr. En janvier 1871, Louis Audoyneau appartint à la commission chargée d’élaborer les statuts de la Garde nationale (il fera partie du Comité central, en avril). Il est dit avoir été gardien des scellés apposés sur l’Hôtel de Ville, sans doute au soir du 18 mars.
Le 3e conseil de guerre le condamna, le 14 juin 1878, aux travaux forcés à perpétuité ; il s’était d’abord réfugié en Belgique d’où il fut expulsé en 1876 par mesure administrative ; il gagna alors le Luxembourg. Il déclarait, en 1878, habiter Châteaux-Salins en Alsace-Lorraine. Il séjourna au dépôt des déportés de Saint-Brieuc du 14 décembre 1878 au 8 juin 1879.
Le 18 août 1878, on disait de lui : « Audoyneau, doué d’une intelligence peu commune, a joué un rôle important sous la Commune. Socialiste dangereux, il a voulu le triomphe de ce régime par tous les moyens. Son calme effrayait ses amis mêmes qui l’avaient surnommé le Petit Robespierre. Depuis, il a souffert et ses idées ont peut-être changé. Sa tenue à l’audience a été bonne. Il nous a montré un grand repentir et il a juré sur sa mère, sa plus vraie affection, qu’il reniait son passé. »

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article51520, notice AUDOYNEAU Jules [AUDOYNEAU Louis, dit Jules (ou AUDOYNAUD ou AUDOYNEAUD)] , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 1er juin 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/850 et BB 27. — Arch. PPo., listes de contumaces. — Aux Arch. Min. Guerre, son nom figure au fichier sous le n° 2508 du 3e conseil de guerre, mais le dossier manque. — Jean Sorel, Le Luxembourg et la Commune, op. cit. — Bruhat, Dautry, Tersen, La Commune de 1871, op. cit.. — Notes de Alain Lozach.

Version imprimable Signaler un complément