GUERROUDJ Jacqueline [née NETTER Jacqueline, divorcée de Pierre MINNE]

Par René Gallissot

Née en 1919 à Rouen (Seine-Inférieure) ; institutrice près de Tlemcen de 1948 à 1955 ; communiste ; agent de liaison des commandos d’Alger en 1956 ; emprisonnée, condamnée à mort en 1957 comme son mari Abdelkader Guerroudj.

Née dans la bourgeoisie de Rouen, Jacqueline Netter avait épousé un professeur de philosophie Pierre Minne qui avait enseigné au Sénégal, et le suivit quand il est nommé à Tlemcen en 1947-1948 au collège De Slane ; il était très surveillé car il doublait son enseignement en créant des Cercles de philosophie marxiste. Danièle Minne* qui fut recherchée à Alger comme une des jeunes filles transportant des bombes, était leur fille et devint au maquis par son mariage : Djamila Amrane. Le couple Minne se sépara après son arrivée en Algérie, et Jacqueline prit un poste d’institutrice.

Elle fut nommée à Négrier (Chétouane) près de Tlemcen et découvrir et la misère des populations paysannes et la discrimination coloniale qui privait d’école la plupart des enfants algériens ; elle donna raison aux communistes ; son directeur d’école était Ahmed Triqui* venant du Maroc et solide militant. Sur le village règnait le maître du grand domaine colonial un Dollfuss de la famille et du groupe textile Dollfuss Mieg et Compagnie (DMC comme les bobines de fil). Quand l’institutrice s’opposa à lui en défendant un élève algérien qui méritait de poursuivre des études, « il a donné l’ordre de lâcher les chiens contre moi si je m’aventurais dans son domaine », écrit elle dans son témoignage : Des douars et des prisons, op.cit. (cf.Sources) ; aussi il la fit muter dans une des écoles de douar de la commune d’Aïn Fezza.

La voici plus encore en milieu communiste auprès des groupes paysans du PCA et d’Abdelkader Guerroudj qu’elle épousa. L’expulsion d’avril 1955 sur la France fut ensuite cassée et remplacée par une interdiction de séjour en Oranie ; elle se retrouva à Alger au début de 1956 quand Abdelkader Guerroudj en clandestinité, prit part à la direction des commandos du grand Alger. Elle devint alors l’agent de liaison de Yahia Briki* et Mohammed Arezki Bennaceur* (dit Tewfik) travaillant à la fois pour le PCA et pour le FLN. Puis elle porta les couffins contenant des armes et des bombes ; c’est elle qui apporta les deux bombes à Fernand Iveton* qui n’en prit qu’une qu’il cacha dans le vestiaire de l’usine à gaz en attendant de la placer pour un attentat symbolique. La police trouva dans le vestiaire les indications de minuterie de la 2e bombe. Aussi la police se mit en chasse ; arrêté (14 novembre 1956), pour couper les pistes, alors que Jacqueline était brune, F. Iveton parla d’une femme blonde ou rousse ; la traque se mit en recherche de Raymonde Peschard*, une autre communiste très fichée.

Arrêtée et inculpée une première fois, mise en liberté provisoire, Jacqueline Guerroudj fut emprisonnée quionze jours après son mari en janvier 1957. Elle fut, avec lui, condamnée à mort au procès des « Combattants de la libération » en décembre 1957 ainsi que Abderrahmane Taleb qui fut exécuté. En France, une double campagne se déroula en leur faveur ; Simone de Beauvoir* et Jean-Paul Sartre* patronnaient le comité « Les Guerroudj et Taleb-Abderrahmane ne doivent pas mourir », puis le sort de Jacqueline Guerroudj fut lié à celui des autres femmes condamnées à mort : Djamila Bouhired et Djamila Bouazza et les filles mineures : Baya Hocine et Djohar Akrour. Jacqueline Guerroudj connut les quartiers des condamnés à mort à Alger de la prison de Barberousse (Serkadji) à la centrale de Maison-Carrée (El Harrach) puis fut transférée en France, à Fontenay-Le-Comte puis à La petite Roquette à Paris et à la prison de Pau ; les séjours furent marqués de grèves de la faim avant la grâce du 8 mars 1962 pour les deux Djamila et Jacqueline Guerroudj, en prélude des Accords d’Evian.

À l’indépendance, faite citoyenne algérienne, elle devint bibliothécaire à la Faculté de droit d’Alger ; membre du FLN, elle quitta le parti unique après le coup d’État militaire de juin 1965. Mère de cinq enfants et grand mère de douze petits-enfants sous horizon divers, elle demeurait retraitée à Alger au début des années 2000.

Son divorce d’avec d’AbdelKader Guerroudj fut prononcé par le tribunal d’instance d’Alger le 22 mars 1969.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article50827, notice GUERROUDJ Jacqueline [née NETTER Jacqueline, divorcée de Pierre MINNE] par René Gallissot, version mise en ligne le 14 juillet 2009, dernière modification le 1er juillet 2010.

Par René Gallissot

ŒUVRE : J. Guerroudj, Des douars et des prisons, Bouchène, Alger 1993.

SOURCES : A. Dore-Audibert, Des Françaises d’Algérie dans la guerre de libération. Karthala, Paris, 1995. – A. Cheurfi, Écrivains algériens. Dictionnaire biographique, Casbah-Éditions, Alger, 2003.— Etat civil.

Version imprimable Signaler un complément